J’ai peu connu mon père, mais c’était un marin
Son père et son grand-père ont montré le chemin
Je crois que mes ancêtres étaient des voyageurs
Patrons ou quartiers-maîtres, des oiseaux migrateurs...
Voilà mon héritage, des bottes de sept lieues
Avec dans mes bagages une envie de ciel bleu
S’envoler de la branche pour aller voir ailleurs
Revenir un dimanche en oiseau migrateur...
Avant que je n’embarque pour les pays lointains
Mes ongles sur les cartes ont tracé le chemin
Je ne crains pas les bêtes et rien ne me fait peur
Je brave la tempête en oiseau migrateur...
Si dans ma descendance il naît quelque marin
J’aimerais qu’il s’élance, voyageur de demain
Il quitterait la Terre le corps en apesanteur
Et reviendrait peut-être bel oiseau migrateur...