J’t’ai cherchée sur le ventSur la mer aussiJ’t’ai cherchée a PékinMais t’étais partieQuelques milliards de gensNe savent pas ne savent rienQuelques milliards d’humainsN’sont pas n’sont rienDes micro-processeursAu siliciumRemplaceront un jourLa mémoire des hommesJe n’t’oublierai jamaisLes mots d’amour mots de guerreEt d’indifférenceSeront noyés dans les eauxDu lac de ConstanceAmnésie amnésieJ’ai tout oubliéLes cauchemars et les beautésDes valeurs passéesEntre le Nord et le SudLa partie se joue mal c’est malLes gagnants ont des tortsLes perdants sont mortsPuisqu’on parle d’avant-guerreEt qu’on la dit jolieSur un cheval de ferJe chevaucherai pour une longue nuitSur ce lac de Constance chargé de motsEt d’amours meurtrisJ’accosterai la terreAvant d’savoir c’que tout cela signifieMais je n’t’oublierai jamaisT’es tout nu quand tu visT’es tout seul aussiT’es tout seul et tu disDes mots que t’oublies