La porte claque, il reste comme un parfum derrière elle,
Une caresse d’absence, Number 5 de Chanel.

Bye bye mon amour.
Bye bye mon amour.

Dans le taxi le cuir effleure, effleure l’intérieur
De ses cuisses blanches cernées de noir autour de son cÂœur.

Bye bye mon amour.
Bye bye mon amour.

La jeune femme qui porte les traces de mes mains sur sa peau,
Caresse l’ébonite noire d’un téléphone et raccroche sans un mot.

Bye bye mon amour.
Bye bye mon amour.

Et sa silhouette se glisse dans la nuit, un parfum derrière elle,
Caresse de silence, d’absence et d’oubli, Number 5 de Chanel.

Bye bye mon amour.
Bye bye mon amour.